Presse

Article NR du 27 octobre 2018

Samedi 14 octobre, il y avait foule pour la randonnée annuelle organisée par Cyclo Roue libre.

Il est vrai qu'un soleil radieux et un grand ciel bleu ont incité les cyclos des clubs Ufolep et clubs amis ainsi que de nombreux individuels à venir pédaler sur les trois circuits préparés par le bureau de CRL.

Un copieux ravitaillement à Neuilh, avec force boissons, a permis aux participants de reprendre des forces pour un dernier effort avant de regagner Bernac-Dessus, où tous étaient attendus pour déguster de délicieuses grillades.

Les clubs d'Odos (pour Ufolep) et Edelweiss (non Ufolep) ont reçu les coupes des «plus nombreux». Il en a été de même pour les féminines de ces deux clubs qui se sont distinguées de belle manière.

Le doyen de la randonnée (85 ans) et le plus jeune (13 ans) ont également été récompensés. Une bien belle journée pour le bureau de Cyclo Roue libre et pour ses membres venus en force participer à la fête. Le président Charles Wilmouth a remercié les participants et donné rendez-vous à tous pour la Traversée des Baronnies, qui se déroulera le 21 avril 2018.

AG CRL 2017

illustration

Plus de 80 membres se sont retrouvés à la salle des fêtes de Bernac-Dessus pour l'assemblée de CRL. Rapports moral, d'activité et financier ont montré le dynamisme de ce club qui a, durant cette année, alterné sorties sportives, moments de convivialité et don de soi. Fort de ses 110 membres, le club est soudé et d'une grande vitalité.

En effet, outre les traditionnelles sorties du mercredi et du samedi, la participation aux randonnées des clubs Ufolep et voisins, la montée du Géant, les membres de CRL se sont investis dans le soutien de manifestations caritatives comme le Téléthon, la Sapaudia ou encore l'accompagnement de certains de leurs membres en situation de handicap, dans des défis sportifs. Ainsi, Laurent Huygues a été sacré champion de France handisport en tandem, aidé dans son entraînement par deux membres, et Marcel Pouyllau, le jour de la journée mondiale Parkinson, entouré de toute une équipe de CRL, a réalisé, au vélodrome de Tarbes, un record de l'heure, puis un marathon cycliste. Outre ces nombreux moments sportifs, le bureau du club a organisé un séjour dans le Vallespir, dont la presse locale s'est fait l'écho. La saison a été clôturée par un superbe méchoui, à Asque, sous un soleil radieux ! Le bureau s'est réjoui de l'ambiance qui règne au sein du club et de l'importante participation des membres à toutes les activités proposées.

Le président Charles Wilmouth a rappelé le grand rendez-vous de la prochaine saison : le 21 avril 2018, la traversée des Baronnies, randonnée cyclotouriste, tant attendue par les adeptes de la «petite reine» de tous les départements environnants et même plus lointains. D'ici là, le club organise sa randonnée annuelle le 14 octobre prochain et accueillera chaleureusement tous les participants, qu'ils soient membres des clubs Ufolep ou non.

La soirée s'est terminée, comme il se doit, par le «pot» de l'amitié. Et le président de conclure : «Le vélo, c'est comme la vie, il faut sans cesse avancer pour garder le bon équilibre !».

La Nouvelle République des Pyrénées

Jugement

Jugement suite au décès accidentel de Sylvain Guillard, membre de CYCLO ROUE LIBRE le 17/07/2015

article NR du 16/09/2017

Pas de «malaise cardiaque» selon l'autopsie

Pour le tribunal correctionnel, c'est bien Gertrude, une conductrice de 67 ans, qui est responsable du décès de Sylvain, un kinésithérapeute exerçant à Tarbes et à Trie. Fervent de cyclisme («15.000 km par an», a précisé l'avocate de la famille partie civile), ce sportif, qui se préparait à prendre sa retraite professionnelle, est mort sur chute, en juillet 2015, au bas d'une côte sur la RN 21 à Mirande. Chute provoquée par «l'erreur d'inattention, la faute de conduite» de la conductrice qui n'a pas bien respecté le cédez-le-passage dont devait bénéficier le cyclotouriste.

En condamnant la conductrice à 3 mois de prison avec sursis et à une suspension de 6 mois de son permis de conduire, le tribunal a fait sien le scénario de l'accusation. Gertrude n'ayant pas bien respecté l'obligation de céder le passage, pour tenter d'éviter le cyclotouriste, qui arrivait «à grande vitesse», au bas de cette côte très prononcée, a fortement freiné mais n'a pu éviter de heurter le terre-plein ayant entraîné la chute mortelle. Il n'y a donc pas eu de «contact» entre la voiture et le vélo, a notamment souligné la défense qui plaidera la relaxe au motif que les circonstances de l'accident ne lui paraissent «pas claires».

Et d'ailleurs, s'agit-il d'un accident, le cyclotouriste, 1,90 m pour 150 kg, n'a-t-il pas été victime d'une malaise expliquant la chute ?

Autre question soulevée : qu'est devenue «la voiture rouge», présente dans les parages au moment des faits et qui a disparu ? Gertrude comme son mari, qui était son passager, n'ont jamais été très précis dans leurs explications. Après s'être arrêté au cédez-le-passage, la conductrice a-t-elle calé en redémarrant ? «Oui», a dit monsieur, «non» maintient madame…

Surtout, le tribunal aussi s'explique mal que le couple soit «revenu» au chevet du cyclotouriste que des personnes essayaient de maintenir en vie, s'il n'a pas eu «conscience» que la faute de conduite était bien à l'origine du drame qui se jouait. Pour être assurés que le cycliste n'a pas été victime d'un malaise cardiaque, les enquêteurs avaient fait procéder à une autopsie. Une «épreuve de plus» pour la famille qui aurait souhaité que la conductrice reconnaisse «l'erreur d'appréciation, de perception, la faute de conduite» dont il a été question dans le réquisitoire demandant 6 mois de suspension du permis. Le tribunal s'est donc montré plus sévère en y ajoutant de la prison avec sursis. L'audience sur les intérêts civils aura lieu début novembre.

La victime a laissé une veuve, des frères et sœurs, trois enfants, quatre petits-enfants.